Le plus haut immeuble en bois du monde est érigé dans le nouveau quartier de Vienne « Seestadt Aspern ».

Innovant et durable : des vocables souvent utilisés avec sérieux et qui sonnent creux de bien des façons. Pourtant, ces deux termes sont parfaitement adaptés à la construction du HoHo à Vienne. Un gratte-ciel en bois de 84 mètres de haut, dont la planification a été véritablement pionnière. Mais avant d’en arriver là, revenons un peu en arrière et examinons Vienne dans son ensemble, de la plus grande focale à la plus petite. Le contexte est en effet d’importance : comment un bâtiment aussi innovant s’intègre-t-il dans la Vienne traditionnelle ?

« Vienne reste Vienne, c’est la beauté de la chose. Vienne reste Vienne, qu’on puisse s’y habituer », ainsi se traduit ce qu’on peut lire sous la plume ironique du célèbre compositeur et chanteur Georg Kreisler dans sa chanson sur la réticence des Viennois à changer. Malicieusement, Kreisler, qui était lui-même Viennois, écrit dans une autre chanson : « Comme Vienne serait belle, sans Viennois ! » La ville sur le Danube s’est-elle vraiment attachée à rester obstinément figée ? Vienne ne peut-elle rester Vienne que si elle ne bouge pas ?

TRADITION CONTRE MODERNITÉ — LES DEUX PAYSAGES DE VIENNE

« Vienne est différente », disait Hans Weigel, également Viennois et qui plus est écrivain et critique de théâtre. Il pensait cette phrase, riche de sens, de façon positive : Vienne ne correspond pas au cliché que l’on a de la ville. Mais le cliché n’est pas mauvais en soi:

Rien que le paysage urbain, avec sa multitude de bâtiments baroques et ceux de l’époque wilhelminienne : la massive Hofburg au milieu du centre historique de la ville. L’école espagnole d’équitation avec ses magnifiques Lipizzans, qui sont basés dans la Hofburg. Le château de Schönbrunn et le palais du Belvédère, l’Opéra national, l’Hôtel de ville, l’église Saint-Charles-Borromée… La meilleure façon de « vivre » Vienne est bien sûr avec un fiacre, ces calèches à deux chevaux, pour la plupart d’époque. Pour une pause, vous pouvez visiter un café où l’un des serveurs propose une Sachertorte avec des Schmäh viennoises. On le sent : le pur cliché. Mais cela existe. C’est la Vienne classique, touristique. Mais Vienne est différente !

Aerial view showing Vienna from above

Idylique : cette vieille Vienne qui semble toujours s'enfoncer.

Et c’est pourquoi Vienne a été classée première parmi les villes les plus agréables à vivre au monde en 2017 pour la neuvième fois de suite dans la célèbre étude Mercer. 230 grandes villes du monde entier ont été comparées et évaluées en fonction de 39 critères. Il s’agit de facteurs politiques, économiques, sociaux et environnementaux. Vienne est l’une des villes les plus prospères du monde, mais elle est de loin moins agitée que New York, par exemple. Sur les quelques 1,8 million d’habitants qui font de Vienne la deuxième plus grande ville du monde germanophone, près de 40 % sont issus de l’immigration, la ville est donc multiculturelle. Ce qui assure non seulement la diversité, mais aussi la croissance. En 1910, la ville comptait encore 2,1 millions d’habitants. Ce nombre a diminué pendant les guerres mondiales, puis s’est lentement rétabli. Aux alentours des années 1970, le nombre d’habitants a de nouveau diminué en raison d’une baisse importante du taux de natalité. En 1987, le nombre d’habitants était tombé à 1,5 million. Le flux d’immigration a fait de Vienne l’une des régions urbaines d’Europe dont la croissance est la plus rapide. Et c’est pourquoi les travaux de construction à Vienne se poursuivent avec tant de diligence.

Mais où peut-on construire ? Il n’y a pratiquement pas de terrain à bâtir dans le centre. En outre, le centre historique de Vienne est un site du patrimoine mondial de l’UNESCO. Les grands projets de construction et, surtout, les grands immeubles qui pourraient nuire au paysage urbain sont donc interdits, et à juste titre. On s’en éloigne donc, jusque de l’autre côté du Danube. Il y a encore beaucoup d’espace ici et l’on y a déjà construit quelques bâtiments postmodernes qui n’ont rien de commun avec le romantisme contemplatif de la carte postale de Vienne. Par exemple, la tour du Millénaire, une tour de 202 mètres de haut composée de deux cylindres de verre qui s’emboîtent, qui se dresse directement sur les rives du Danube. Ou la tour DC dans Donau City, un quartier situé sur une péninsule du Danube, qui donne en fait à Vienne une ligne d’horizon. Une personne ignorante n’attribuerait jamais le panorama de Donau City à la ville de Vienne. Avec ses 220 mètres, la tour DC est le plus haut bâtiment d’Autriche.

Skyline Donau City in Vienna

Et c'est surprenant que cela fasse aussi partie de Vienne. La ligne d'horizon de la ville de Donau.

Le quartier Donau City appartient au district de Donaustadt, de loin le plus grand district de Vienne. Près d’un quart de la superficie de la ville est occupé par Donau City. À l’ouest, la région est très urbaine et densément peuplée, à l’est, elle offre des terres agricoles et au sud, avec la Lobau, une zone alluviale de 22 kilomètres carrés, qui sert également d’espace de loisirs local pour les Viennois. Adjacent à la Lobau, au nord et donc situé au centre de Donaustadt, se trouve le quartier Aspern. Pour être précis, Aspern est en passe de devenir un quartier. Parce qu’il s’agit de l’un des plus grands projets de développement urbain en Europe.

FAIRE FEU DE TOUT BOIS — DANS LE MEILLEUR SENS DU TERME

« Aspern, la ville balnéaire de Vienne ». C’est le nom officiel du projet, dont la mise en œuvre a débuté en 2009. D’ici 20 ans et en trois étapes de développement, Aspern doit offrir à 20 000 personnes un espace de vie et de travail. Avec une ville moderne planifiée comme Aspern, qui fera partie de la « ville la plus agréable à vivre du monde », la qualité de vie est bien sûr au premier plan. Ainsi, un lac artificiel de 50 000 mètres carrés constitue le centre éponyme de la ville balnéaire. Quatre parcs offrant une large gamme d’activités de loisirs ont été créés dans les environs. L’espace public occupera environ 50 % du nouveau quartier. En 2012, le centre technologique aspern IQ sera le premier noyau de cette installation. Les premières propriétés sont occupées depuis 2014. En 2017, Que[e]rbau, le premier immeuble d’appartements queer de Vienne, a ouvert ses portes pour répondre aux divers besoins de logement de sa communauté bigarrée de locataires. À l’automne 2019, le projet phare de la ville balnéaire sera mis en service : le HoHo Wien, le plus haut gratte-ciel en bois du monde.

Caroline Palfy and Günter Kerbler – construction supervisors at the HoHo in Vienna

Courageux : Caroline Palfy et Günter Kerbler - responsables de la construction du HoHo Wien.

Le bois est un matériau de construction fantastique : Il est renouvelable, extrêmement stable, et pourtant souple. Le bois peut être utilisé de nombreuses manières et offre un climat ambiant agréable. L’homme construit avec le bois depuis des milliers d’années. À vrai dire, tout le monde aime l’atmosphère particulière d’une maison en bois. Et pourtant, le bois en tant qu’élément de construction a disparu de la plupart des bâtiments modernes, surtout lorsqu’il s’élève dans les airs. Dans ces cas-là, la construction postmoderne, qui utilise l’acier, le béton et le verre, a presque pris le dessus.

Le HoHo Wien n’en est pas non plus complètement dépourvu : la structure du bâtiment est en béton. Toutefois, 75 % de la tour sera construite en bois. Environ 2 800 tonnes de dioxyde de carbone sont économisées grâce à l’utilisation de cette matière première renouvelable. Au final, la tour en bois atteindra une hauteur de 84 mètres, avec 24 étages et une surface au sol de 19 500 mètres carrés. Les coûts de construction devraient s’élever à 65 millions d’euros.

« J’AI TOUJOURS SOUTENU LES IDÉES NOUVELLES ET PARFOIS UN PEU FOLLES. »
Günter Kerbler, investisseur

Le plus haut gratte-ciel en bois du monde. Son superlatif laisse entendre le travail de pionnier qu’il a fallu faire dans la planification. Les responsables en sont Caroline Palfy en tant que directrice générale de la société de développement cetus Baudevelopment, l’équipe d’architectes RL+P, l’ingénieur en structure Richard Woschitz, le planificateur de la protection contre les incendies Alexander Kunz et l’investisseur Günter Kerbler. « Réaliser une construction en bois de plus de quatre-vingts mètres de haut est un défi constructif qui nécessite une planification précise, une équipe créative et un chantier approprié. Il n’y a pratiquement pas de gratte-ciels qui soient majoritairement en bois. Nous sommes pour ainsi dire des pionniers de la construction en bois ! J’ai toujours soutenu les idées nouvelles et parfois un peu folles. Je suis donc d’autant plus heureux que nous pourrons bientôt commencer la mise en œuvre », a déclaré M. Kerbler peu avant la cérémonie d’inauguration des travaux, qui a eu lieu en octobre 2016.

Unterflurkonvektor Katherm HK

Parfaitement adaptés au concept : le Katherm HK
Un bâtiment aussi novateur que le HoHo Wien impose naturellement des normes élevées en matière de concept énergétique. Il est mis en œuvre selon les critères du système d’évaluation TQB (Total Quality Building) du Conseil autrichien de la construction durable (ÖGNB). Les chauffages en caniveau Katherm de Kampmann font partie du concept de chauffage et de refroidissement.

Ce travail de pionnier se révèle dans le système de construction développé spécialement pour le HoHo : une méthode de construction hybride de bois et de béton, qui est impressionnante par ses résultats. Elle répond à toutes les exigences écologiques et économiques. Les développeurs décrivent le système de construction comme suit : « Au HoHo Wien, des éléments en bois massif lamellé-collé et des dalles en béton préfabriquées sont combinés en un matériau composite. » Ce système délibérément ‘simple’ utilise l’empilement de quatre composants préfabriqués en série : supports, poutres, éléments de plancher et de façade. La nouveauté des éléments de plancher composites bois-béton pour le HoHo Wien réside principalement dans la proportion fortement réduite de fixations en acier et le haut degré de préfabrication, atteints par l’utilisation de nouveaux raccords entre le bois et le béton. La préfabrication des éléments en bois a lieu dans des conditions contrôlées dans les différentes usines des fournisseurs de bois. Ces éléments fabriqués en série sont ensuite transportés sur le site de construction, où ils sont immédiatement assemblés. Les supports, à leur tour, forment un élément d’assemblage commun avec les modules de murs extérieurs également préfabriqués en bois massif. Ce système de construction permet d’économiser du temps de travail sur le chantier, d’éliminer les difficultés liées aux conditions météorologiques et les longs temps de séchage. Un soin particulier doit toutefois être apporté aux surfaces en bois apparentes, qui restent visibles à l’intérieur et créent une atmosphère particulièrement agréable.

LA VILLE BALNÉAIRE EST ÉLÉMENTAIRE ET FÉMININE

Durable et pratique : ce principe se reflète également dans la planification de l’aménagement des surfaces, qui est particulièrement flexible. L’architecte Rüdiger Lainer explique le concept : « Le HoHo Wien bénéficie d’une part d’une structure modulaire. D’autre part, il bénéficie d’un aménagement des surfaces personnalisé qui peut être modifié à tout moment. Des modifications ultérieures peuvent ainsi être apportées sans grand effort. La durabilité et la longévité de la nouvelle tour en bois sont le résultat du regroupement d’approches conceptuelles : Le bois est en soi un matériau qui permet d’économiser les ressources. La structure flexible et l’agencement des surfaces adapté à l’utilisateur garantissent également que la tour en bois peut être exploitée pendant une très longue période. Dans notre concept pour le HoHo Wien, l’économie et l’écologie sont une synthèse pour un bénéfice mutuel. »

Construction worker on the HoHo construction site in Vienna

BRILLANTEMENT SIMPLE : matériaux composites fabriqués à partir de bois et de béton. Il est possible d'installer les éléments standard directement sur place.

Ainsi, dans l’ensemble, on peut dire à propos du HoHo Wien : ici, beaucoup de choses ont été faites différemment. De la même façon que beaucoup de choses ont été faites différemment dans la ville balnéaire. Par exemple, la plupart des rues, places et parcs ont été nommés d’après des femmes. Car dans la « vieille » Vienne, située sur la rive droite du Danube, les rues portant le nom de femmes sont rares. Dans la ville balnéaire, cependant, il y a des parcs aux noms de Hannah Arendt, Yella Hertzka et Madame d’Ora, ainsi que 20 rues aux noms de femmes. Le HoHo Wien jouxtera la Promenade Janis-Joplin au nord. Elle aussi fut une pionnière. Il est donc logique que le HoHo soit également créé sous la direction d’une femme.

La directrice générale, Caroline Palfy, était responsable de la conception du bâtiment et a également innové dans la commercialisation de l’espace commercial. Elle a suivi les enseignements d’Extrême-Orient sur les éléments, qui prennent en compte les interactions du bois, du feu, de l’air, du métal, de l’eau, de la terre et du vide avec l’homme et l’environnement. Caroline Palfy a repris ces éléments dans les zones commerciales afin d’obtenir un mélange homogène qui suit le principe de « tout sous un même toit ». Ainsi, des appartements, des bureaux, des espaces de santé et de bien-être, des restaurants et un hôtel seront situés dans le HoHo. « Développer une propriété innovante et tournée vers l’avenir comme le HoHo Wien n’est pas seulement un défi en termes de construction, d’ingénierie des installations et d’organisation. La réalisation d’un tel projet immobilier nécessite également une réflexion approfondie. Le HoHo Wien doit à l’avenir refléter le concept de la ville balnéaire d’Aspern : vivre et travailler, faire carrière et mener sa vie de famille, profiter des loisirs, et tout cela en un seul et même lieu ! », souligne Caroline Palfy à propos de sa démarche.

Car Vienne, avec sa ville balnéaire d’Aspern, est différente. À tout le moins, Le HoHo Wien l’est, lui.

Illustration Urban Lakeside Aspern in Vienna

Le Hoho Wien en chiffres

• Superficie totale brute : 25 000 m2
• Espace locatif : 19 500 m2
• Superficie du terrain : 3 920 m2
• Étages : 24 niveaux
• Hauteur : 84 m
• Type de bâtiment : gratte-ciel à la technologie innovante de construction en bois
• Début des travaux : 12 octobre 2016
• Achèvement : durée de construction prévue de 2 ans
• Volume d’investissement : environ 65 millions d’euros

Photo credits:
Keyvisual HoHo @ schreinerkastler
View of Central Vienna @ LordRunar - iStockphoto
Panorama of Donau City @ Hubertl - CC BY SA 4.0
Caroline Palfy and Günter Kerbler © cetus Baudevelopment
Timber delivery @ cetus Baudevelopment - Erich Reismann
Seepark district in the evening @ carpenter-castler and cetus building development