Des catastrophes en matière de planification, comme celle de l’aéroport BER, pourront être évitées à l’avenir. À l’heure qu’il est, le bâti immobilier modélisé (BIM) révolutionne les processus de planification dans le bâtiment.

Des escalators trop courts de quelques marches, des tuyaux qui ne sont pas adaptés les uns aux autres, des gouttières de câble oubliées, des rampes qui finissent dans le vide, un circuit de données manquant pour les pompiers : et ce n’est qu’une petite sélection des défauts de conceptions rencontrés sur l’« Aéroport de Berlin-Brandebourg » (BER). Le chantier de l’aéroport de la capitale a commencé en 2006 avec l’objectif on ne peut plus optimiste d’ouvrir l’année suivante. Dix ans plus tard et après une demi-douzaine de dates décalées pour l’achèvement des travaux, il n’est toujours pas question d’une ouverture prochaine. En plus de mauvaises décisions politiques et personnelles ainsi que de problèmes de corruption, ce désastre peut principalement être imputé à des erreurs de conception. Cela ne serait pas arrivé avec le BIM…

BER airport

… Tout du moins dans une moindre mesure. En effet, le bâti immobilier modélisé permet de créer un bâtiment d’abord de manière virtuelle, en trois dimensions et de le doter de tous les équipements pertinents. L’ensemble des éléments intégrés peuvent par exemple être mis en relation les uns avec les autres pour les contrôles de collision, les simulations et les calculs. Tous les dessins techniques sont dérivés de manière cohérente à partir de ce modèle central et transversal. Cela aurait été une vraie bénédiction pour l’aéroport BER. Malheureusement, l’Allemagne a un bon train de retard sur le BIM et doit dorénavant veiller à ne pas manquer le coche. La conception assistée par BIM est bien plus avancée aux États-Unis, dans les pays nordiques et en Grande-Bretagne. Le BIM est largement répandu dans l’industrie américaine du bâtiment depuis la moitié des années 2000. La Finlande et la Norvège ont respectivement rendu obligatoire son utilisation pour les projets de construction publics en 2007 et en 2010. Et le Royaume-Uni devrait aussi suivre ce chemin cette année. Toutefois, l’Allemagne leur emboîte maintenant le pas : Alexander Dobrindt, ministre allemand des Transports et des Réseaux numériques, a présenté le 15 décembre 2015 les projets du gouvernement fédéral sur la question de la « conception, construction et exploitation numériques ». Le BIM devrait donc devenir standard en 2020, après la phase pilote en cours. Une bonne nouvelle ! Car le BIM est incontournable : la numérisation des processus de planification apporte aussi son lot d’avantages à l’industrie du BTP : en l’occurrence, une plus grande protection contre les erreurs, des projets qui se déroulent les délais fixés et donc une sécurité accrue en termes de coûts. Le BIM rend non seulement la phase de conception plus efficace, mais peut accompagner un bâtiment tout au long de son cycle de vie. Dans le bâtiment, le modèle de données BIM est pour ainsi dire le « journal de bord » qui comporte toutes les pièces montées, leur fabricant et les intervalles d’entretien correspondants. Certes, le caractère détaillé des informations et la disponibilité centralisée d’un modèle BIM bien entretenu demandent plus d’efforts lors de la phase préparatoire – après tout, il s’agit de réunir les paquets de données de différentes disciplines, mais, en fin de compte, la méthode de planification BIM permet de gagner du temps et de réaliser des économies. En effet, plus le chantier avance, plus les modifications dues à des erreurs sont coûteuses et demandent de déployer des efforts plus importants. Il suffit de regarder le projet du BER. De ce fait, la question n’est pas de savoir si l’on va introduire le BIM de manière générale en Allemagne et en Europe, mais plutôt quand. Aujourd’hui déjà, Kampmann met de nombreuses données BIM gratuitement à disposition des concepteurs et élargit son offre en permanence. Pour fournir ces données, Kampmann utilise MagiCloud, la plateforme de l’entreprise finnoise Progman Oy, reconnue pour son logiciel MagiCAD, le logiciel de planification pour équipements techniques du bâtiment leader du marché.

Image: BER Airport © Denis Apel – CC BY-SA 3.0